CONTACTEZ NOUS AU 04 76 77 23 08
NOUS ÉCRIRE

Mon panier
Aucun article

Lymphoedeme

Lymphoedeme


Le lymphœdème ou lipœdème est une dilatation d’un membre supérieur ou inférieur, suite à un dysfonctionnement des vaisseaux lymphatiques. La lymphe s’accumule dans les tissus sous-cutanés, car les vaisseaux lymphatiques ne parviennent plus à la drainer. Découvrez en détail les caractéristiques de cette pathologie, les signes, les facteurs et les traitements.

 

Quels sont les facteurs d’apparition ?

Le lymphœdème touche la jambe jusqu’à la cuisse et peut toucher les jeunes femmes. Il peut découler d’une dégradation, d’une obstruction ou d’une malformation des vaisseaux sanguins, suite à un accident, une chirurgie, un cancer, une ablation des ganglions ou une virulente infection.

 

Celui-ci peut aussi être causé par la radiothérapie, l’obstruction lymphatique, un traumatisme ou une filariose lymphatique. Le lymphœdème le plus courant est celui du bras après le traitement d’un cancer du sein. C’est une maladie chronique invalidante qui apparaît à l’adolescence. Elle peut être légère ou sévère, suivant la prédisposition génétique. Le lymphœdème primaire est congénital et peut toucher les membres d’une famille. Il existe 2 types de lymphœdème : primitif et secondaire.

 

Primitif :

Il existe différentes sortes de lymphœdème primitif :

-Congénital : apparaît avant 2 ans suite à l’hypoplasie des lymphatiques et l’hypoplasie.

-Lymphœdème précoce apparaît entre 2 et 35 ans, après la grossesse.

-Maladie de Meige où la maladie se manifeste par des œdèmes de la figure, du bras et du membre inférieur.

-Lymphœdème tardif apparaît après 35 ans, dont les signes sont semblables à ceux du lymphœdème précoce.

Secondaire :

Le lymphœdème secondaire apparaît après une infection, un accident, une tumeur ou une intervention chirurgicale.

 

Quelles sont les caractéristiques et les complications ?

Le lymphœdème se présente sous forme d’accumulation de tissus graisseux sous la peau. Différent de l’obésité, il se manifeste par l’accumulation d’eau dans les tissus graisseux. Le lymphœdème est également différent de l’œdème des jambes, constitué d’eau. Par conséquent, la microcirculation est fragile, provoquant des hématomes. De son côté, la victime souffre d’un complexe sur l’esthétique et le psychique. Ses membres touchés sont hypersensibles et la personne éprouve un grand inconfort.

 

Un lymphœdème peut se compliquer et devenir une maladie rhumatologique, cutanée ou infectieuse. Il affecte la qualité de vie du patient, générant des invalidités, des douleurs et des conséquences psychologiques. Cette maladie peut être accentuée durant la menstruation et par temps chaud. Les lésions cutanées se traduisent par des infections mycosiques, des papillomes, des verrues, une hyperpigmentation ou une hyperkératose.

 

Le lymphœdème se complique avec une lymphangite où des bactéries pénètrent dans les lésions de la main ou les fissures suite à des infections fongiques. Par conséquent, le membre devient chaud et rouge, pouvant développer une adénopathie, induisant à une cellulite locale ou une infection.

 

Quels sont les signes du lymphoedème ?  

Le lymphœdème touche généralement les jambes ou les bras, mais le gonflement peut aussi toucher les organes génitaux, le tronc, le cou et le visage. Le patient ressent une sensation de tension, de lourdeur et des douleurs. Il ressent une sensation de brûlure et une douleur continue dans le membre. Une sensation de chaleur ou resserrement se fait également sentir au niveau de la région génitale, de la jambe ou du bras.

 

Cette maladie engendre une fibrose ainsi qu’un épaississement et un durcissement de la peau. Le patient a du mal à bouger l’articulation de la jambe ou du bras.

 

Quels sont les diagnostics ?

On reconnaît le lymphœdème par le signe de Stemmer, où il est impossible de froncer la peau sur la base du 2e orteil. Ce diagnostic est confirmé par le lymphoscintigraphie des jambes ou de la zone touchée. C’est un examen d’imagerie qui met en avant le drainage lymphatique des membres. À travers cet examen, le médecin peut voir s’il y a du liquide cumulé dans la jambe ou le bras. Le lymphœdème primitif se reconnaît par le gonflement des tissus mous. Le lymphœdème secondaire est réalisé avec l’IRM et la TDM.

 

Lymphoedème : quels sont les traitements ?

Le lipœdème est traité avec mobilisation des liquides à travers la compression, selon la morphologie du patient : compression adaptée au sport et système d’aide à l’enfilage. Cette compression permet de ralentir le développement de l’œdème et le diminuer. En général, ce traitement combine à la fois la contention élastique, le drainage lymphatique et les bandages compressifs après la diminution du lymphœdème.

 

Le drainage lymphatique consiste à drainer la lymphe vers le cœur pour diminuer le gonflement. Pour ce faire, les physiothérapeutes réalisent des pressions lentes. Pour compléter le drainage lymphatique, on applique des bandages compressifs multicouches. Par la suite, la contention élastique assure le maintien des procédés réalisés au préalable, en évitant  à nouveau l’accumulation de la lymphe. En cas d’hospitalisation, ces 3 traitements sont complétés par la physiothérapie ou des exercices physiques spécifiques planifiés au cours de la kinésithérapie.

 

Pour traiter le lymphœdème primaire, on reconstruit et on réduit les tissus mous. Le lymphœdème secondaire doit être traité à sa source. Lors de la mobilisation des liquides, on réalise les bandages, les exercices et le massage des membres. Tous ces traitements ont pour objectif de soulager la douleur, atténuer l’enflure, prévenir l’infection, éviter une aggravation et favoriser l’utilisation et les mouvements de la jambe et du bras. Le lipœdème peut également être traité par la kinésithérapie et la chirurgie qui reste le dernier recours.

 

En parallèle, il est important d’adopter un mode de vie équilibré avec de la nourriture saine et la pratique d’un sport. Grâce aux mesures préventives, le lymphœdème diminue et évite ainsi les complications.

 

Pour ce faire, il faut porter des dispositifs constricteurs, éviter les efforts intenses et la chaleur. Par ailleurs, il faut bien prendre soin des ongles et de la peau. Gardez  alors la peau propre après un bain. Portez un pantalon et des manches longues. Évitez la température extrême, le soin au spa, le sauna et le bain à vapeur. Enfin, protégez la partie touchée avec un écran solaire.