CONTACTEZ NOUS AU 04 76 77 23 08
NOUS ÉCRIRE

Mon panier
Aucun article

Bas de contention grossesse

Bas de contention grossesse

Au cours de la grossesse, la femme enceinte est 5 fois plus exposée à des risques de troubles veineux et d’œdème qu’en temps normal. De ce fait, il est fortement recommandé aux femmes enceintes de porter des bas ou des collants de contention afin d’écarter ces différents risques de complication de grossesse. Le bas de contention doit être porté dès le second trimestre de grossesse, et ce jusqu’à 5 à 6 semaines après l’accouchement.

 

Pourquoi porter des bas de contention grossesse ?

La grossesse est une période qui met bien souvent le corps de la femme à rude épreuve. Entre la prise de poids rapide, l’incapacité de se déplacer comme elle le souhaite, l’augmentation de rythme sanguin, l’apparition de varices et autres types de troubles veineux, etc. Le port du bas de contention est alors fortement conseillé par les spécialistes dès les premiers mois de la grossesse.

 

Le bas de contention de grossesse contribue également à aider à la lutte contre la sensation de « jambes lourdes ». Son efficacité pour soulager les divers troubles est telle qu’il est vivement recommandé de le porter quotidiennement. Par conséquent, il convient alors de se procurer des bas de contention de grossesse bien adaptés à ses mensurations.

 

De plus, étant donné que les symptômes d’une maladie veineuse ne sont pas toujours visibles, le port de bas de contention comme moyen préventif est d’une importance capitale.

 

Les bas de contention de grossesse : quelle classe choisir ?

De nombreux critères doivent être pris en compte lorsqu’il s’agit de choisir la classe de ses bas de contention grossesse. Tout d’abord, il est important de connaître les différents facteurs de risque de troubles veineux chez la femme, justifiant alors la nécessité de porter des bas de contention de grossesse.

-l’âge ;

-l’héritage génétique ;

-les éventuelles complications ;

-s’il s’agit d’une première grossesse ou non

-si la future maman attend des jumeaux

-etc.

Il faut savoir que les troubles veineux ne sont pas obligatoires et qu’une grande majorité d’entre eux disparaît très rapidement, voire dans les premières semaines qui suivent l’accouchement.

 

Dans ce cas-là, des bas de contention de grossesse de Classe 1 seront alors largement suffisants pour la majorité des futures mamans. Cette classe de bas de contention apporte une compression suffisante de l’ensemble des jambes afin de favoriser le retour veineux, mais également une bonne circulation sanguine des membres inférieurs vers le cœur.

 

Il peut aussi arriver que le médecin traitant ou le gynécologue sa patiente des bas de grossesse de Classe 2, voire de Classe 3. Ces bas sont notamment recommandés pour les femmes ayant déjà subi une césarienne, ou pour les femmes qui souffrent de troubles et d’une insuffisance veineuse.

 

Bien que le choix des bas ou des collants de contention reviennent tout de même à la femme enceinte, les chaussettes de contention ne sont toutefois pas recommandées en raison de leur faible influence sur la circulation sanguine au niveau des membres inférieurs.

 

Où se procurer des bas de contention et à quel prix ?

Tout d’abord, il est à savoir que les bas de contention de classe 1 et 2 sont des dispositifs médicaux disponibles en vente libre (sans ordonnance). Ils sont également éligibles au remboursement complet ou en partie par l’Assurance Maladie, sur présentation d’une prescription médicale.

 

Les bas de contention de grossesse sont disponibles à l’achat dans tous les commerces spécialisés comme les pharmacies, les magasins d’orthopédie et les boutiques en ligne. Pour ceux qui sont en possession d’une ordonnance, l’Assurance Maladie et la complémentaire (mutuelle) peuvent alors prendre en charge à 100 % de l’achat des bas de contentions, à condition qu’ils ne dépassent pas les 29,78 €.

 

Pour des bas de 32 €, si l’Assurance Maladie prend à charge 100 % de l’achat, l’acheteur n’aura donc plus que 2,22 € à payer. Attention toutefois à bien vérifier que dans l’ordonnance il est bien écrit « bas de contention » et non « collant/chaussettes de contention » s’il est nécessaire de se procurer des bas. Une seule erreur peut en effet rendre la prise en charge des achats par l’Assurance Maladie non éligible.

 

Sur certains sites en ligne, la prise en charge des achats se fait tout simplement en joignant une photo de l’ordonnance lors de la commande.

 

Pour finir, la prise en charge d’une délivrance de contention de grossesse se fait à hauteur de 60 % par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) et le reste de la somme par le complémentaire (mutuelle). Ainsi, la déclaration en ligne de grossesse à l’Assurance Maladie permet alors une prise en charge à 100 % de la part de la CPAM, lors du premier jour du sixième mois de grossesse jusqu’à 12 jours après l’accouchement.

 

Le fonctionnement des bas de contention de grossesse

Les bas de contention de grossesse sont des bas particulièrement élastiques qui permettent de compresser les jambes et de favoriser la circulation sanguine vers le cœur. Ainsi, le sang ne s’accumule pas dans les membres inférieurs.

 

Il existe 4 catégories de bas de contention, classées selon la pression qu’ils exercent :

-Classe 1 : Exerce une pression légère afin de soigner les troubles bénins. Cette classe convient également pour ceux qui veulent porter les bas qu’occasionnellement.

-Classe 2 : Permet de traiter les varices et les œdèmes.

-Classe 3 : Ce type de bas est réservé aux troubles graves et sévères.

-Classe 4 : Permet de traiter momentanément les maladies veineuses les plus lourdes.

 

Les bas de contention de grossesse sont essentiellement conçus à partir de matériaux fins, transparents et opaques, en maille, en coton, en bambou, en lin, etc.

 

Peut-on dormir avec un bas de contention grossesse ?

Le port de bas de contention durant la nuit n’est pas forcément nécessaire puisqu’en position allongée, le sang ne stagne pas dans les veines. Néanmoins, il existe des cas où porter des bas de contention pendant le sommeil est indispensable. Par exemple, en post opératoire.